Une vaste suppression de 500 postes à Canal+ en France

Une fois n’est pas coutume, cet été s’annonce destructeur à Canal+. Vincent Bolloré avait déjà frappé en 2015 en annihilant la direction du groupe au cours de l’été. 4 ans plus tard, c’est au tour des salariés d’être informé de la mise en place d’un plan de départs volontaires. Selon l’AFP, ce plan doit être présenté semaine prochaine et toucher 20 % des effectifs français de la chaîne, soit 500 personnes. Le groupe emploie actuellement environ 2800 salariés sur le territoire, avec 7000 au total.

Pourtant, l’activité internationale de la chaîne se porte plutôt bien. C’est juste en France où elle éprouve des difficultés. Pour le premier quart de cette année, Canal+ annonçait 4,64 millions d’abonnés en France, soit 228 000 de moins que l’année passée. En 2018, 217 000 abonnés s’étaient volatilisés, selon les chiffres diffusés par Vivendi.

En conséquence, le groupe affiche moins de clients sur le territoire que Netflix qui de son côté affiche une base de 5 millions d’abonnés. Et du côté du chiffre d’affaire de la filiale de Vivendi, celui-ci plafonnait à 3,14 milliards d’euros pour l’année dernière, soit une diminution de 3,4 % sur une seule année.

Un business model mis en péril

Principalement axé sur les domaines sport et cinéma, le business model de la chaîne est attaqué depuis quelques années face à une concurrence émergente. Au niveau du sport, la chaîne devrait perdre les droits de la ligue 1 face à beIn Sports ou Mediapro, si jamais elle ne trouve pas d’accord avec eux. Elle a déjà perdu les droits pour la Ligue des Champions au profit de SFR. Au niveau cinéma et séries, même combat, la concurrence de Netflix et d’Amazon Prime vidéo se fait de plus en plus ressentir.