LVMH abandonne un contrat de 16,2 milliards de dollars avec Tiffany

Le propriétaire de Louis Vuitton, LVMH, renonce à son acquisition de Tiffany pour 16,2 milliards de dollars.

Un abandon en lien avec l’intervention du gouvernement français

Le géant du luxe a déclaré que l’accord de fusion signé en novembre 2019 prévoit un délai de clôture au plus tard le 20 novembre 2020. Mais Tiffany avait demandé un report de cette date au 31 décembre, et le ministre français des affaires étrangères avait ordonné à la société de reporter l’accord après le 6 janvier 2021, en raison d’une menace américaine de taxes sur les produits français.

La société a déclaré dans un communiqué qu’elle ne sera pas en mesure de finaliser l’acquisition de Tiffany « en l’état »

Une contestation de Tiffany

Le Wall Street Journal a rapporté que la chaîne de bijouterie américaine a intenté un procès dans le Delaware pour faire appliquer l’accord, affirmant que la demande du gouvernement français n’a aucun fondement juridique.

La pandémie de coronavirus a frappé de plein fouet le secteur de la distribution de luxe, faisant chuter les ventes de Tiffany dans les mêmes magasins de 44 % et remettant en question l’accord avec LVMH. Les investisseurs s’inquiètent de savoir si la société française a trop payé, et le PDG de LVMH, Bernard Arnault, cherchait à faire baisser le prix d’achat de la chaîne de bijouterie américaine, selon des personnes connaissant bien le dossier.

Au moment de la publication des résultats de Tiffany, début juin, la société attendait toujours que les principaux obstacles réglementaires soient levés pour l’opération.