L’économie européenne retrouverait plus rapidement son niveau d’avant la crise si nous travaillions ensemble, déclare l’Allemagne

Le ministre allemand des finances, Olaf Scholz, a déclaré qu’il était convaincu que l’économie pouvait revenir aux niveaux d’avant la crise d’ici 2022, mais que les dirigeants européens devaient travailler ensemble.

« Si je regarde les données, nous pourrions être assez confiants pour l’avenir, nous avons une augmentation de la croissance économique, nous aurons une chance de revenir à la situation que nous avions avant la crise au début de (20)22, peut-être un peu plus tôt », a déclaré M. Scholz à Annette Weisbach de CNBC, lundi.

« Il y a donc une bonne évolution que nous pouvons voir … mais nous devons comprendre que nous dépendons tous les uns des autres. Et c’est encore le cas pour l’économie ».

Une contraction de la zone euro attendue

La solidarité européenne a été mise à l’épreuve lors de la pandémie de coronavirus. Les mesures de restriction imposées au début de l’année afin d’endiguer la propagation du virus ont fait payer un lourd tribut à la croissance économique et au climat des affaires en Europe. Le Fonds monétaire international doit publier des prévisions économiques actualisées cette semaine, mais en juin, il a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’économie de la zone euro se contracte de 10,2 % en 2020.

Les dirigeants européens ont convenu d’un budget sans précédent, qui financera des initiatives entre 2021 et 2027, de 1 074 000 milliards d’euros (1 26 000 milliards de dollars) ainsi qu’un fonds de relance de 750 milliards d’euros (885 milliards de dollars) en juillet, cet argent devant être collecté en faisant appel aux marchés financiers, pour aider les États membres en difficulté par des subventions et des prêts. L’accord a été considéré comme un moment charnière pour l’Union et la première fois qu’elle a accepté de mutualiser la dette.

Une possibilité de réunion fiscale

M. Scholz a déclaré que l’Union européenne a maintenant la possibilité de resserrer l’union fiscale, la décrivant comme un « moment Hamiltonien » pour la région, faisant référence à l’accord conclu en 1790 par le premier secrétaire au Trésor américain, Alexander Hamilton, pour convertir les dettes des États individuels en obligations communes de l’union fédérale.

« L’Union européenne a une capacité d’action fiscale. Et c’est, je pense, leur véritable moment, produisant une meilleure union. Et je pense que c’est peut-être le moment dit Hamiltonien de l’Union européenne ».

Scholz a dit qu’il était important que les États membres européens aient fait preuve de solidarité les uns envers les autres, et qu’il était important que le monde entier le voie.

« Nous voyons que le fait que l’Europe agisse ensemble, aide vraiment l’économie juste en l’annonçant, nous le faisons, mais cela aide aussi parce que tout le monde comprend que l’Europe est capable de lutter contre la crise », a-t-il dit.