Au moins 380 baleines mortes dans le plus grand échouage massif de l’histoire de l’Australie

Au moins 380 globicéphales sont morts au large des côtes de Tasmanie dans ce que les experts appellent le plus grand échouage massif enregistré en Australie.

Près de 500 baleines se sont échouées sur une plage et deux bancs de sable le long de la côte ouest de l’État insulaire.

Les premiers rapports de lundi indiquent que 270 baleines, dont certaines étaient déjà mortes, se sont échouées sur trois sites. Puis les autorités qui ont survolé la zone en hélicoptère mercredi ont découvert 200 autres qui se sont échouées à environ 6 miles au sud, mais la mort de tous ces animaux a été confirmée.

Des efforts de sauvetage toujours en cours

Les efforts de sauvetage se concentrent sur le groupe plus important de 270 animaux, échoués près de la ville de Strahan, rapporte le Guardian. Environ 50 baleines de ce groupe ont été libérées et ont trouvé leur chemin vers le large. On estime que 90 d’entre elles étaient déjà mortes lorsque les autorités les ont retrouvées.

« Nous continuerons à travailler pour libérer autant d’animaux vivants que possible », a déclaré Nic Deka, directeur du Tasmania Parks and Wildlife Service, à des agences de presse, dont le Sydney Morning Herald.

« Tant qu’ils sont encore en vie et dans l’eau, il y a certainement de l’espoir pour eux, mais avec le temps, ils deviennent plus fatigués et leurs chances de survie diminuent », a-t-il déclaré. « Mais nous continuerons à travailler tant qu’il y aura des animaux vivants sur le site. »

Les globicéphales à nageoires longues peuvent mesurer jusqu’à 23 pieds et peser plusieurs tonnes. Elles sont connues pour former des groupes de 1000 membres.

Des spécialistes envoyés sur place

Les spécialistes de la conservation marine et les bénévoles du gouvernement sont rapidement arrivés sur les sites pour organiser une opération de sauvetage mardi, mais de telles missions de renflouement sont difficiles. Quatre ou cinq personnes travailleraient pour libérer chaque animal, en pataugeant dans l’eau glacée et en attachant des élingues à la baleine pour qu’un bateau puisse la guider.

Les efforts de sauvetage en cours se concentreront sur les baleines qui ont le plus de chances d’être en vie et sur celles qui sont le plus facilement accessibles, a déclaré la scientifique marine Vanessa Pirotta à la chaîne de télévision australienne ABC News.

Les échouages massifs de baleines et de dauphins sont fréquents en Tasmanie, ainsi qu’en Nouvelle-Zélande voisine.